BUX lance une campagne de crowdfunding ! Ne manque pas ta chance d’investir. Clique ici pour plus de détails.🚀

Que faut-il attendre de la saison des résultats des entreprises du premier trimestre 2022 ?

Le premier trimestre 2022 s’est accompagné d’un tsunami de nouvelles négatives pour les marchés financiers : guerre en Europe, inflation galopante, pénurie de matières premières, sanctions contre la Russie et pics de contaminations au Covid en Chine. De nombreuses valeurs spéculatives ont chuté mais, dans l’ensemble, le marché a bien résisté. Cela va-t-il durer ? Voici ce que vous pouvez attendre de la saison des résultats des entreprises du premier trimestre 2022.

Qu’est-ce que la saison des résultats des entreprises ?

La saison des résultats est le moment où la plupart des sociétés cotées en bourse publient leurs résultats trimestriels. Cela signifie que les entreprises donnent des détails sur les circonstances qui ont impacté leur activité au cours des trois derniers mois, ainsi que sur leurs perspectives pour l’année en cours. Si tu souhaites savoir pourquoi cette période est importante, tu peux consulter cet article.

Comment la guerre et l’inflation affectent-elles les entreprises ?

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les experts s’attendaient déjà à ce que la croissance des bénéfices ralentisse de manière significative au cours du trimestre actuel et des trimestres suivants, après avoir été très forte au cours des périodes précédentes.

Alors que la pire période de la pandémie semble être passée, les marchés boursiers se sont redressés. Mais le calme a été de courte durée puisque la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février, entraînant une incertitude géopolitique croissante, une aggravation des problèmes déjà existants sur les chaînes d’approvisionnement et un impact important sur les prix du pétrole et du gaz naturel.

Tous ces éléments génèrent une inflation que nous n’avons pas connue depuis des décennies, et dont l’évolution est difficile à prévoir. En France, cette dernière s’élève à 4.5%. Le taux d’inflation a même atteint 9,8% en Espagne et 11,9% aux Pays-Bas. En moyenne, l’IPC (Indice des Prix à la Consommation) dans les 19 pays de la zone euro s’est établi à 7,5% en mars par rapport au même mois de l’année précédente, selon Eurostat. La saison des résultats pour le premier trimestre de 2022 reflétera déjà ce contexte macroéconomique difficile

En résumé, que pouvons-nous attendre ?

Traditionnellement, les entreprises des secteurs anticycliques obtiennent de meilleurs résultats en période d’inflation, voire de récession, que celles des secteurs cycliques. Quels sont les secteurs anticycliques ? Il s’agit des secteurs d’activités qui produisent des biens et des services dits “essentiels”, c’est-à-dire que les citoyens doivent consommer ou utiliser, comme l’énergie, l’alimentation, l’hygiène, la santé et les télécommunications. 

Et quels sont les secteurs cycliques ? Les secteurs d’activités produisant des biens ou des services qui, au contraire, ne sont pas essentiels pour les individus, comme les voitures, les loisirs, la mode et le tourisme. Si tu souhaites en savoir plus sur les différences entre les secteurs cycliques et anticycliques, tu peux lire cet article.

Quelles sont les entreprises susceptibles d’obtenir de bons résultats en ce moment ?

Trois secteurs d’activité semblent bien se porter dans la situation actuelle. Les experts estiment que les entreprises qui en font partie pourraient tirer leur épingle du jeu :

  • Énergie : les entreprises de ce secteur voyaient déjà leurs bénéfices augmenter en raison de la hausse des prix du pétrole, avant même la guerre en Ukraine. Les compagnies pétrolières et les entreprises de gaz naturel, telles que Shell ou Repsol, en bénéficient tout particulièrement. De même, les entreprises du secteur des énergies renouvelables, telles que Noenen en France, Solaria en Espagne ou First Solar aux Etats-Unis, ont amélioré leurs perspectives, en tant qu’alternative incontestée à la forte dépendance de l’Europe vis-à-vis des combustibles fossiles en provenance de Russie.
  • Défense et cybersécurité : un effet secondaire de la guerre est un changement profond des attitudes à l’égard des dépenses de défense : tous les pays de l’OTAN vont augmenter leurs budgets militaires et les marchés boursiers reflètent déjà ces attentes. À cet égard, le français Thalès, l’américain Lockheed Martin ou l’allemand Rheinmetall sont très bien placés. Dans le domaine de la cybersécurité, Palo Alto Networks est l’un des leaders mondiaux.
  • Puces et semi-conducteurs : les entreprises américaines Intel et Nvidia, ainsi que l’entreprise néerlandaise ASML, sont toujours très demandées et les perspectives de croissance en 2022 sont bonnes. Les difficultés rencontrées sur les chaînes d’approvisionnement pourraient cependant constituer un défi pour certaines de ces entreprises.Quelles entreprises pourraient être plus mal loties ?

Quelles entreprises pourraient être plus mal loties ?

Presque toutes les entreprises, des producteurs de denrées alimentaires aux marques de mode en passant par les services tels que Netflix, ont augmenté leurs prix. Mais les entreprises ne pourront pas échapper à l’inflation galopante en augmentant simplement les prix de leurs produits et services, car si l’inflation s’est élevée à 7,5 % dans la zone euro en mars, les salaires n’augmentent pas au même rythme. Cela dit, les entreprises actives dans le tourisme, l’automobile, les appareils ménagers non essentiels ou les vêtements de sport, par exemple, pourraient souffrir davantage que les autres, car leurs produits et services ne sont pas considérés comme indispensables.

Outre l’inflation généralisée, il faut tenir compte de la forte hausse des coûts énergétiques et de la pénurie de matières premières, qui touche un grand nombre d’entreprises. Sans oublier les problèmes d’approvisionnement encore non résolus.

D’autre part, la Fed a déjà relevé les taux d’intérêt directeurs aux États-Unis, et la BCE pourrait faire de même dans la zone euro, ce qui augmentera les taux d’intérêt sur les prêts aux entreprises et ceux des prêts immobiliers aux particuliers, ralentissant ainsi la croissance économique. Les banques en seraient alors les bénéficiaires, comme JPMorgan Chase ou Citigroup aux États-Unis, ou Banco Santander et Deutsche Bank en Europe.

Que signifie la saison des résultats des entreprises pour toi et ton portefeuille ?

La saison des résultats est le meilleur moment pour voir si les attentes d’une entreprise correspondent à la réalité. Le cours de tes actions pourrait connaître une certaine volatilité si les résultats diffèrent fortement des attentes des analystes.

La volatilité qui accompagne la saison des résultats peut être mise à profit. Mais ces opportunités comportent aussi des risques. Si tu investis à long terme, il est important que tu ne prennes pas de décisions d’investissement basées uniquement sur des informations à court terme.

Dans tous les cas, quelle que soit la manière dont tu investis, il est toujours utile de prêter attention à la saison des résultats. Cela t’aidera à mieux comprendre la macroéconomie, la finance d’entreprise et les marchés financiers. Ainnsi, cette période fera de toi un investisseur mieux informé !

Tous les points de vue, opinions et analyses présentés dans cet article ne doivent pas être considérés comme des conseils d’investissement personnels et les investisseurs particuliers doivent prendre leurs propres décisions ou demander un avis indépendant. Cet article n’a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir le caractère indépendant de la recherche en investissements et est considéré comme une communication marketing.

Chargement