18 – 22 juillet | Résultats semestriels de Netflix, better call Saul ?

Dans un environnement comme celui d’aujourd’hui, caractérisé par une inflation galopante, une crise énergétique et le spectre de la récession, il est naturel de concentrer toute son attention sur les questions macroéconomiques qui affectent les marchés boursiers. 

En revanche, ce n’est peut-être pas la chose la plus sage à faire. En effet, selon Peter Lynch (un investisseur à succès), si tu passes treize minutes à essayer de deviner la direction que prendra le marché, alors tu risques d’en perdre dix. 

Jetons donc un coup d’œil rapide aux événements économiques les plus importants de la semaine, mais essayons surtout de nous concentrer sur les questions relatives aux entreprises, qui sont de loin les plus importantes pour les investisseurs à long terme.

Le génie de l’inflation

Le 19 juillet promet d’être une nouvelle journée chaude. On ne fait pas référence ici aux températures estivales, mais à la publication d’Eurostat portant sur l’inflation dans la zone euro. Pour paraphraser Alan Greenspan, ancien directeur de la FED, maintenant que le génie de l’inflation est sorti de sa bouteille, il ne sera pas facile de l’y remettre sans conséquences économiques.

Le jeudi 21 juillet, la BCE rendra publiques ses décisions relatives aux taux d’intérêt . Alors que l’euro continue de s’effondrer face au dollar et que le coût de la vie ne cesse d’augmenter, la BCE a annoncé en juin qu’elle cessait d’injecter des liquidités dans le système, et qu’elle augmentait les taux d’intérêt directeurs de 0,25%

Les effets des politiques monétaires ne sont pas les seuls sujets qui vont agiter Wall Street dans les prochains jours. Une autre statistique intéressante sera publiée la semaine prochaine : le nombre de logements vendus aux États-Unis (United States Existing Home Sales). En raison de la hausse des taux immobiliers et de l’inflation qui pèsent sur les épaules des ménages, les ventes de logements aux États-Unis ont amplement diminué au cours des derniers mois. Et nombreux sont ceux qui prédisent que la baisse va se poursuivre.

Mais, pour une fois, essayons de suivre le conseil de Peter Lynch : laissons de côté les turbulences macroéconomiques, pour nous concentrer sur les affaires.

Netflix : Squid Game ou la remontada de l’année ?

Ted Sarandos (co-PDG de Netflix) a récemment confirmé que Netflix allait commencer à expérimenter un nouvel abonnement à prix réduit, soutenu par la publicité.

À cet égard, il s’agit de préciser que la publicité est un tout nouveau terrain pour Netflix, sur lequel l’entreprise ne s’est jamais aventurée auparavant. Ainsi, pour lancer ce nouveau modèle économique, Netflix a conclu un partenariat avec Microsoft.

La confirmation de Ted Sarandos intervient à un moment assez difficile de l’histoire du géant du streaming. Non seulement la concurrence est de plus en plus féroce (Paramount a par exemple adopté depuis longtemps un modèle de streaming financé par la publicité, et est en train d’étendre ses services en Europe), mais cette année encore, pour la première fois, Netflix a perdu un nombre non négligeable d’abonnés (plus de 200 000).

« La croissance de nos revenus a considérablement ralenti », reconnaît Netflix dans sa lettre aux actionnaires. « Le Covid a brouillé les cartes en augmentant considérablement notre croissance en 2020, ce qui nous amène à penser que la majeure partie du ralentissement survenu en 2021 est liée à l’effet d’entraînement du Covid. »

Dans ce contexte atypique, les analystes se penchent déjà sur les chiffres qui sortiront le 19 juillet, jour où Netflix jouera une nouvelle fois cartes sur table pour présenter ses résultats du premier semestre. Inutile de préciser que tous les radars seront braqués sur le nombre d’abonnés.

À ce stade, les analystes ne s’attendent pas à ce que la société ait regagné le terrain qu’elle a perdu au dernier trimestre. Mais qui sait, c’est peut-être le moment où Netflix va nous offrir un rebondissement gratifiant…

Banques US, épisode 2

  • Le 18 juillet, Bank of America et Goldman Sachs publieront leurs résultats semestriels. 2021 a été une bonne année pour les banques. Pourrons-nous en dire autant de 2022 ? Étant donné l’évolution du cours des deux actions depuis le début de l’année, il semble que de nombreux analystes aient changé d’avis.
  • Les résultats d’une autre banque sont attendus le 19 juillet : Ally Financial. Ses actions se sont également très bien comportées en 2021, avant de chuter cette année. Cette semaine, nous allons ainsi pouvoir nous faire une idée de la situation financière de l’une des banques les plus populaires des États-Unis.

Calendrier économique et des résultats

Lundi – Balance commerciale de l’Italie (mai) ; résultats de Bank of America et Goldman Sachs.

Mardi – Indice des prix à la consommation de la zone euro (juin) ; permis de construire aux États-Unis (juin) ; résultats de Netflix et Ally Financial.

Mercredi –   Indice des prix à la consommation du Royaume-Uni (juin).

Jeudi – Ventes de logements aux États-Unis (juin) ; balance commerciale du Japon (juin).

Vendredi –  Décision de la BCE sur les taux d’intérêt (juillet).

À très bientôt pour une nouvelle page de notre agenda boursier. En attendant, bonne semaine sur les marchés !

Tous les points de vue, opinions et analyses présentés dans cet article ne doivent pas être considérés comme des conseils d’investissement personnels et les investisseurs particuliers doivent prendre leurs propres décisions ou demander un avis indépendant. Cet article n’a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir le caractère indépendant de la recherche en investissements et est considéré comme une communication marketing.

Chargement